mercredi 25 mars 2009

L'étendard des lis


Jean Alaux, dit le Romain, Villars à la bataille de Denain - 24 juillet 1712


AIR à faire.


DES anciens preux on nous rend l'étendard,
Qui conduisit toujours à la victoire
Le beau Dunois, les Guesclin, les Bayard,
Du nom français l'ornement et la gloire.
Reportons-nous à ce temps révéré,
A ce beau temps de la chevalerie ;
Comme eux chantons le refrain adoré :
Vivent le roi, l'honneur et la patrie !

On vit jadis dans les plaines d'Ivri
De nos aïeux flotter cette bannière ;
Arques la vit lorsque le grand Henri
Vainquit ensemble et Mayenne et l'Ibère.
Plus près de nous ces mêmes étendards
Firent placer au temple de mémoire
Le grand Condé, les Turenne et Villars,
En leur montrant le chemin de la gloire.

Tous à l'amour, tous au sage LOUIS,
A nos Bourbons, à l'honneur, à nos belles,
Oui, nous jurons d'être à jamais soumis,
Jusqu'au tombeau de leur être fidèles.
De cet accord naîtront d'heureux succès ;
Un sort plus doux fera chérir la vie.
Chantons, amis, le refrain des Français :
Vivent le roi, l'honneur et la patrie !

Le Chansonnier du royaliste ou l'Ami des Bourbons (1815-1817)


Lire aussi :
Le drapeau de la France (politique)
Le drapeau blanc, par Henry de Saint-Léon (histoire)
Le drapeau blanc (littérature)

0 commentaires: