jeudi 12 juin 2008 | By: Mickaelus

Louis Alphonse de Bourbon, duc d'Anjou, dit Louis XX, sur France 2

Louis Alphonse de Bourbon, duc d'Anjou, aîné des Capétiens et héritier légitime des rois de France, connu également sous le nom de Louis XX, s'est vu consacrer quelques instants lors du JT de 13 heures sur France 2 le 12 juin 2008. Il a honoré de sa présence une réception à l'occasion de la sortie d'un ouvrage écrit par Daniel de Montplaisir : Le comte de Chambord : Dernier roi de France

20 commentaires:

Anonyme a dit…

On notera le commentaire méprisant-ironique du commentateur:"voilà tout le problème qui intéresse...les intéressés"
Gageons que lorsque la cause Royale sera au coeur de la politique du pays les commentaires deviendront méprisants-agressifs.

Guilhem a dit…

Pour que la France est la chance d'avoir un Roi mieux vaudrait qu'il soit d'abord FRANCAIS, qu'espagnol. Jamais au combien jamais notre Roi martyr n'aurait cédé sa couronne a une famille qui renie la France. Et vous voulez placer a la tête de notre France un homme qui parle Francais avec un accent misérable ? Mais que vous arrive-t-il Francais ? Ou sont passé vos valeurs ?


pour me contacter: alex_marseille@hotmail.com

Je suis prêt a en débattre.

Pour la France

Mickaelus a dit…

A Anonyme : en effet le commentaire est dédaigneux, ce que je n'ai pas manqué de remarquer, mais il est déjà heureux que le sujet ait pu exister dans un JT. En tous les cas, le débat sur la liberté de la presse court chez les royalistes depuis la Charte de 1814...

A Guilhem : pour pouvoir réclamer qu'on respecte la France et sa tradition, il faudrait encore la connaître un minimum. La civilisation française repose sur l'alliance du trône et de l'autel d'une part, et d'autre part sur le perfectionnement politique de la monarchie opéré par les Capétiens, ce que manifestent les lois fondamentales. Ces dernières n'ont jamais mentionné un principe de "nationalité" issu de la Révolution française, mais celui de la famille et du sang : est le roi de France légitime l'aîné des Capétiens issu d'un mariage catholique valide. Il est bien triste, en comparaison de cette tradition multiséculaire, de parler d'un accent (qui se peut corriger) dans une perspective purement matérialiste. Je ne convoquerais pas non plus trop rapidement, à votre place, le souvenir de Louis XVI, qui est mort justement pour avoir voulu respecter scrupuleusement la tradition française en en finissant avec la mascarade qu'a été la période où on l'a forcé à devenir "roi des Français". Bref, la France est une civilisation et une tradition politique capétienne. Louis de Bourbon ne renie pas la France puisqu'il accepte ce qu'il incarne : ce sont les habitants de la défunte France qui renient leur civilisation d'origine. Il ne reste aujourd'hui que la République.

Anonyme a dit…

Toujours en complément de la réponse de mickaelus à Guilhem :
Le duc d'Anjou a bien la nationalité française donc il est français de sang et de nationalité.
Il a peut être un accent mais au moins il parle un français correct, lui ....

Anonyme a dit…

La succession pour le trône en France a toujours été le sujet d'un long débat.
Philippe V d'Espagne a effectivement renoncé à la couronne de France, mais ... il n'en avait absolument pas le droit !
En effet une renonciation équivaut à une abdication, ce que ne pouvait pas faire un roi de France.
le duc d'Anjou est donc l'héritier légitime du dernier roi de France, Charles X.
Si maintenant on cherche un roi de Français, le problème est tout autre ! Les orléanistes retrouvent ici leur légitimité !
A une période où la France perd son identité dans une vague soupe européenne, il convient de se poser les bonnes questions sans haine, sans extrémisme et si un roi (de France ou des Français) devenait un symbole fort de cette identité ?
Il ne faudrait cependant pas tirer un trait rageur sur les 200 dernières années et revenir à l'ancien régime !
Quant à la remarque de Guilhem : souvenons nous que Mazarin parlait le français avec un très fort accent, ce qui ne l'a pas empêcher d'être un grand Français...

Mickaelus a dit…

Disons qu'à propos d'un roi des Français, personne n'aurait, en fin de compte, de légitimité particulière, pas plus les Orléans que les Bonaparte (qui jouent sur le même créneau idéologique du syncrétisme entre monarchie et république), puisque cela dépendrait en théorie du bon vouloir des Français. Il n'y a de toute façon pas de légitimité de seconde zone, on l'a ou on ne l'a pas.

A propos du roi de France comme incarnation de l'identité française, cela me paraît une évidence et une nécessité, puisque loin d'être un homme providentiel comme pour le bonapartisme et le gaullisme, le roi comme homme est avant tout l'incarnation d'une institution et d'une fonction qui le transcende et assure la continuité de la nation française. Avec cela, européisme (attaque extérieure) comme démocratie intégrale (attaque intérieure) doivent s'effacer devant une véritable souveraineté royale. Car une monarchie où le roi n'a pas le dernier mot n'en est plus une, puisqu'il serait dépourvu de pouvoir souverain au sens propre (comme ce qu'on voit chez les "monarchies" européennes aujourd'hui). Ainsi, s'il n'est pas question d'un retour à l'Ancien Régime au niveau social (il ne serait pas mauvais, à cet égard, d'ajouter un serment sur la doctrine sociale de l'Église pour le sacre du prochain roi à Reims), il ne serait pas mauvais de considérer la perfection de ses institutions politiques.

Anonyme a dit…

A tous... Ne pensez vous pas qu'il y a des problèmes bien plus important aujourd'hui que celui de savoir à qui appartient un trône "de mémoire" ???

Si vous aimez autant notre France pourquoi ne pas utiliser vos pouvoir pour aider à son évolution ???

Mickaelus a dit…

Défendre le principe de succession du trône de France n'empêche pas de penser à d'autres sujets, bien heureusement : si nous royalistes sommes aussi préoccupés par des questions institutionnelles qui manifestement vous semblent dérisoires, c'est bien parce que nous pensons que les institutions que nous défendons, celles qui ont fait la France, permettraient de résoudre plus facilement que celles qui sont en place ces problèmes qui vous inquiètent. Le royalisme n'est pas qu'historique, il est politique, c'est une tradition au service de la France, de sa civilisation et de sa gloire.

Quant à l'"évolution" de la France que vous évoquez, je ne saurais vous répondre car le terme est par trop imprécis (même si le mot a déjà un goût déplaisant qui m'évoque l'idéologie du Progrès chère aux gens de gauche) : une évolution dans quel sens, selon quel(s) critère(s) ?

Anonyme a dit…

Pour mois c'est le vrai roi de france
et il est normal de luis rendre le trone de france.
Vive le roi et que nos ancetres
nous pardonne d'avoir ruiné notre pays et de ne pas avoir su protégé notre héritage et nos valeurs .

Anonyme a dit…

C'est bien beau votre discours mais remettre le pouvoir hypothétique entre les mains d'un homme ne connaissant qu'à peine la langue, la culture de la France et vivant à caracas je ne suis pas sur qu'il serait un garant de notre identité.
Au contraire des orléans avec le prince jean qui est de toutes les manifestations francophones avec son association "gens de france". Il me parait être une valeur sûre mais bon on va pas repartir entre les houleux débats orléaniste/légitimiste

Mickaelus a dit…

Alors c'est un vœu pieux car il apparaît que vous êtes déjà en plein dedans et que vous m'y entraînez nécessairement. En tout cas, il y a plusieurs éléments que vous affirmez trop rapidement sans aucune démonstration et que je dois corriger.

Quand vous vous plaignez, d'abord, qu'on pourrait dans une perspective légitimiste "remettre le pouvoir" à Mgr. le duc d'Anjou, permettez-moi de vous rappeler ce qui le lui remettrait : les lois fondamentales du royaume de France et son aînesse de Capétien, soit notre histoire et notre tradition. Et le fait que vous désigniez comme principal empêchement à ce fait celui que le duc d'Anjou soit issu de la branche espagnole et réside à l'étranger (il a une résidence en Espagne depuis plusieurs mois je le rappelle) prouve que vous choisissez votre roi sur un critère partial qui renie notre principe de succession. Or la force de la monarchie capétienne c'est justement de ne pas pouvoir choisir son roi.

Je ne vois pas bien, ensuite, ce qui vous permet de juger que le duc d'Anjou ne connaît rien (ou peu) à la culture française ni à l'histoire de France : au moins connaît-il son principe de succession et sa tradition monarchique, ce dont peu de Français de souche peuvent se prévaloir aujourd'hui vous en conviendrez. S'il fallait, ensuite, résider en France pour être qualifié automatiquement de grand connaisseur de notre histoire, alors tous nos gauchistes et libéraux font sans doute beaucoup pour notre identité. De plus, je ne suis pas certain que le fait de ne pas posséder, quand on est héritier des rois de France, une carte d'identité de citoyen de la république française soit une preuve de désintérêt pour la vraie France royale. Quant à la langue (un accent n'est pas méconnaissance), elle se perfectionne plus facilement que ne s'acquiert l'honneur et la fidélité.

Les Orléans ne m'apparaissent pas nécessairement comme une valeur sûre au vu de certains éléments de l'histoire de cette famille : fronde, régicide, usurpation. Je comprends que vous passiez sur l'actuel comte de Paris qui dit n'être pas royaliste, et n'ai rien de personnel contre le prince Jean et son action. Seulement vous comprendrez que pour lui donner toute sa valeur il lui faudra l'inscrire dans la reconnaissance de son aîné le duc d'Anjou (duc d'Anjou qui est Louis Alphonse de Bourbon et non pas Charles-Philippe d'Orléans qui usurpe le titre selon sa tradition familiale). Nous verrons donc à l'avenir s'il a l'intelligence de redevenir un Bourbon ou s'il restera un Orléans facteur de division comme ses ancêtres.

Précision utile, la légitimité de Louis Alphonse de Bourbon est celle de roi de France (Dieu + principe de succession capétien), tandis que celle du comte de Paris est celle, toute relative puisqu'elle repose sur le peuple, de roi des Français comme Louis-Philippe.

Anonyme a dit…

oui je vous comprends bien mais si louis xx avait quelque intérêt pour les français, il viendrait s'établir ici et essairait d'aider les pauvres français en se faisant connaitre plutôt que de faire la banquier à l'autre bout du monde. Ceci montre que son attachement pour notre pays est comment dire facultatif ce qui montre un aspect opportuniste de sa part si un jour l'occasion se présenterait. (il ressemble plus à un libéral dans certains aspects)

En restant dans cette attitude, il risque de ne convaincre personne et les idées royalistes ne resteront qu'un épiphénomène un peu vieux jeu ...

J'ai le même constat pour charles philippe d'orléans qui aide et effectue des opérations en afrique, ce que je trouve louable, mais rien apparemment pour la france ce que je trouve idiot de sa part. Il y a déjà beaucoup de pauvre ici à s'occuper.

Bref, je trouve que la dévotion envers ce genre de personne n'est pas saine. Il faudrait vraiment quelqu'un qui inspire confiance et qui prouve sa valeur pour vraiment le porter car porter un opportuniste qui fera je ne sais quoi (comme les monarchies faibles et fantoches d'europe) très peu pour moi.

Conclusion : il faut qu'il prouve d'abord sa valeur en venant ici voir le "peuple" et non faire le people avec ses discours creux devant une assemblée de gens conquis à sa cause...

Mickaelus a dit…

Navré, mais je ne crois pas que vous me compreniez et je n'apprécie guère le ton et le vocabulaire irrespectueux que vous employez pour parler du duc d'Anjou.

On ne parle pas d'un prince capétien (ce qu'il est même pour vous autres orléanistes) et encore moins de l'héritier de la Couronne en employant des tournures comme "ce genre de personne" ou pire encore en le qualifiant d'"opportuniste" potentiel tenant des "discours creux". Vous n'êtes pas sans savoir que c'est sa naissance qui le désigne ce qu'il est et pas une ambition personnelle quelconque ; il n'est pas un Bonaparte ou un Sarkozy. Comme il le dit lui-même : "je ne prétends, je suis". Au contraire de ce que vous prétendez, le duc n'a rien à vous prouver, il est désigné par nos lois de succession et ses discours manifestent toujours la pleine conscience de son rang. Si vous voulez un chef uniquement au mérite, allez voir chez les bonapartistes et les gaullistes.

Le mot "dévotion" est lui aussi déplacé, en ce qu'il appartient au domaine religieux. Il faut plutôt parler de dévouement, de fidélité à celui qui est désigné par notre tradition historique.

Je suis encore en désaccord sur l'activité professionnelle du duc. D'abord je vous rappelle à nouveau qu'il possède depuis quelques mois une résidence en Espagne, ce qui n'est pas exactement le bout du monde. Qu'ensuite d'après les dires même du duc cette activité est un signe positif pour montrer qu'il ne se contente pas d'être né et de vivre de ses rentes. Enfin, je ne pense pas qu'acquérir des compétences dans le domaine économique soit inutile dans le monde actuel.

L'argument orléaniste qui veut que ne pas vivre en France comme citoyen de la république française est une preuve de désintérêt complet de la part du duc d'Anjou, est parfaitement grotesque. Vous savez très bien qu'il voyage souvent chez nous, et qu'il fait un travail formidable, patient et continu pour notre cause (comme feu son père à l'occasion du millénaire capétien), dont les effets ne sont effectivement pas perceptibles de suite par les consciences mal dégrossies et démagogiques. Un parfait exemple de ce type d'action est la réception par Benoît XVI dont vous apprécierez la photographie au bas du blog.

A côté de ce travail particulier auprès des grands que seul le duc d'Anjou peut accomplir, c'est à nous, ses soutiens, que revient la tâche d'acclimater l'idée d'un retour du roi chez lui en France auprès de la base : aucun roi n'a jamais (re)conquis un royaume sans armée ni fidèles. L'Institut de la Maison de Bourbon, les cercles légitimistes (qui maintiennent une tradition politique également, donc ne parlez pas des monarchies européennes) et d'autres militants s'y emploient, mais, désolé, ce n'est pas au prince d'aller tracter sur les marchés. Vous pourrez, en tout cas, lire en tête du blog la lettre du duc à propos de l'incendie du château d'Angers qui prouve, malgré ce que vous avancez bien rapidement, qu'il n'est pas un ignare en fait de culture française et qu'il s'intéresse à son patrimoine : http://mickaelus.blogspot.com/2009/01/message-de-mgr-le-duc-danjou-pour.html

Anonyme a dit…

Je ne désirais pas vous vexer mais je comprends mieux maintenant votre position. Cela dit, je doute à cause des pb qui s'aggraveront sur les 10 prochaines années en France, qu'un jour puisse revenir un roi quel qu'il soit. La monarchie a bien trop mauvaise presse dans l'esprit des gens (domination, totalitarisme, vassal) ; et dans ces aires d'inculture, cela s'amplifie jusqu'à même pour certains avoir une vague connaissance qu'il y eut, un jour, des rois ...

Mickaelus a dit…

Il s'agit plus d'agacement que d'autre chose. Quant au reste, je ne peux effectivement que constater avec vous que le rapport de force idéologique comme numérique ne nous (royalistes au sens large) est pas favorable (même si on peut noter des progrès dans certains milieux, je pense aux historiens par exemple, mais cela reste élitiste). Après, que les Français d'aujourd'hui en sachent si peu sur leurs racines, c'est malheureusement le fruit du travail de sape efficace opéré par les pseudo-élites républicaines et l'éducation nationale. On a voulu mettre dans la tête des gens que leur pays était né en 1789, de même que le XIXe s. est simplifié autant que possible. Quel pourcentage de Français sait que les deux frères de Louis XVI ont régné après la chute de Napoléon ?

Mathieu a dit…

Guilhem:
S.A.R.le Prince Louis de Bourbon duc d'Anjou est français, Il possède depuis sa naissance la double nationalité : française par son père [S.A.R.Alphonse de Bourbon duc d'Anjou] et espagnole par sa mère [María del Carmen Martínez-Bordiú y Franco]

S.A.R Henri d’Orléans est le fils d’Henri d’Orléans, donc français par son père, et de S.A.I.Dona Isabelle d'Orléans et Bragance, donc il est d'origine brésilien par se mère.
A l'Heure qu'il est aucun des deux grads prétendants n'est 100% français, c'est comme ça il faut faire avec.

Vive Louis XX de Bourbon !!

Anonyme a dit…

Luis-Alphonso de bourbon n'a aucune légitimité pour le trône de France,même le comte de Chambord reconnaissait Philippe d'Orléans comte de Paris comme son successeur dynastique.
Il appelait le comte de Montizon l'espagnol et reconnaissait les Princes d'Orléans comme faisant parties de la Maison de France,ne disait -il pas les princes d'Orléans sont mes fils,chose qu'il n'a jamais dites au Prince espagnol.

Mickaelus a dit…

Il est dommage d'avoir écrit un commentaire sans tenir compte de ce qui avait été écrit précédemment, ni sans prendre la peine d'argumenter ; de fait, je récuse votre affirmation gratuite et renvoie à mes messages précédents quant à l'argumentaire.

Pour répondre, cependant, à vos anecdotes, ou plutôt inventions, rappelons que selon la tradition capétienne, le roi de France ne choisit pas son successeur. On fait dire beaucoup de choses au comte de Chambord, surtout les propagandistes orléanistes qui ont eux grand besoin de justifier leur prétention par tous les moyens possibles et imaginables. Quoi qu'il ait dit ou pas (on notera qu'on connaît par contre très bien le point de vue de la comtesse de Chambord en faveur des Bourbons d'Espagne), cela ne change rien : il n'aurait pas pu rendre légitimes les Orléans, comme Louis XIV n'avait pu rendre successibles ses bâtards. Les Lois fondamentales priment sur les caprices des rois et des peuples.

olivier a dit…

la nationalité, nation s'enracine dans les écritures saintes, c'est pas une idée républicaine.
ce n'est pas non plus, seulement l' affaire de la famille et du sang: il ya l'âme, l'esprit, le coeur et la conscience.

bref, l' épaisseur de l' homme dans son ensemble: difficile à estimer chez le duc.

Anonyme a dit…

Parler comme le reste des français n'est pas un pre-requis mais cela fait tout de même mauvaise impression que le prétendant au trône parle avec un fort accent sud-américain. Ce n'est pas difficile de changer son accent mais il ne prend pas le temps de le faire. Malheureusement, cet accent reflète le peu de temps qu'il passe en France et le fait qu'il parle Espagnol à la maison, à Caracas ( posséder une résidence en Espagne ne veut rien dire pour quelqu'un avec sa fortune). Ses enfants seront très probablement encore moins élevés à la française que lui (naissance aux Etats-Unis, mère sud américaine) et cela ne va aider à leur réintégration. Disons que dans l'ensemble, cela nuit à leur crédibilité.